Sélectionner une page

Dans une déclaration postée sur les réseaux sociaux, le maire du Plateau dont plusieurs proches font l’objet de procédures judiciaires et sont, pour certains, écroués à la Maca, s’est déclaré visé en raison de sa propension à parler de réconciliation en Côte d’Ivoire.

Pour AkossiBendjo, il n’y a pas d’affaire de 2milliards dormants sur les comptes d’Edwige N’goran Ahou, la directrice des affaires administratives et financières (DAF) de la mairie du Plateau, mais plutôt un manège pour l’empêcher de réclamer la réconciliation nationale pour l’ensemble des Ivoiriens.Au besoin, il s’agirait de faire en sorte qu’il ne soit pas candidat à sa propre succession, après 18 ans de présence à la tête de la commune, pour « servir » ses frères et sœurs ivoiriens.

Bendjo : « je n’irai pas en prison ! »

Devant l’ensemble de son personnel tétanisé par les rumeurs l’envoyant en prison, monsieur Bendjo s’est en effet dit serein « parce qu’avant d’arrêter quelqu’un, on regarde d’abord sa figure », déclenchant desfous rires et des applaudissements nourris dans la salle.« Donc, je voudrais vous dire : rassurez-vous ! Faites votre travail et ne vous préoccupez pas de tout ce que les gens racontent. Je ne suis pas en prison, je n’étais pas en prison et je n’irai pas en prison », a-t-il poursuivi, sûr de son fait.

L’affaire semble pourtant grave sur le fond. Car bien qu’il se targue de diriger la mairie la mieux gouvernée de Côte d’Ivoire et bientôt de toute l’Afrique, la directrice des affaires administratives et financières, le directeur de cabinet et le directeur des services techniques de la mairie du Plateau font déjà l’objet d’un emprisonnement. L’enquête menée par les gendarmes a trait à la découverte de 2 milliards dormants sur le compte de la DAF.

Une affaire de gros sous

Les suites de cette affaire impliquent les proches susnommés mais aussi des fournisseurs. Malgré leur gravité, ces genres de découvertes ne sont pas tout à fait inédites au Plateau. Car bien cette affaire, de nombreux documents attestant divers détournements à la mairie du Plateau avaient également été éventés par le journal Aujourd’hui qui a publié un article relatif auscandale des aides détournées sans obtenir une seule version des concernés ou le plus petit démenti des autorités municipales, tandisqu’une enquête concertée de dizaines de confrères africains imputentégalement à monsieur Bendjoun usage répété de blanchiment d’argent dans des paradis fiscaux.

Mais devant son auditoire, c’est comme si tous ces faits n’avaient jamais existé. « Je voudrais vous rappeler que nous sommes parmi les Mairies les mieux gérées de Côte d’Ivoire. Et ce n’est pas nous qui avons dit ça mais eux-mêmes. Nous sommes la meilleure Mairie d’Afrique de l’ouest et, après ce week-end, on compétit pour être la meilleure Mairie d’Afrique. Si nous avons glané tous ces lauriers c’est parce qu’ici, nous avons mis en place des outils de travail qui permettent de contrôler tout ce qu’on fait nous-mêmes. Nous sommes la seule commune qui ait une direction de contrôle et de gestion. C’est ce que j’ai appris du privé. Donc, nous sommes tranquilles ; tout ce qu’ils veulent savoir ils peuvent l’avoir en un seul clic parce que tout est informatisé. Nous n’avons rien à cacher. Tout est clair chez nous. Avait-on besoin d’emprisonner cette pauvre dame qui est directrice depuis peu (Mme Edwige N’goran Ahou a été nommée DAF en janvier 2017, ndlr) et qui ne sait même pas de quoi on parle ? », s’est moqué AkossiBendjo qui a ainsi évité le fond des accusations alors que les enquêtes judiciaires se poursuivent, lourdes de menaces.

De faux galons de réconciliateur

En revanche, le maire du Plateau s’est emmailloté dans un inédit drapeau de réconciliateur, assurant que ce qu’il a fait depuis 2010, « beaucoup ne l’ont pas fait » pour le pays. « J’ai dit à Abobo-Doumé qu’on ne peut pas diriger ce pays si on ne réconcilie pas tous les Ivoiriens. Car ce sera difficile. Et je le crois. On ne peut pas rester dans un pays où la moitié des gens se regardent en chien de faïence. Et j’ai également dit, lorsqu’on fêtait les femmes, que si l’on ne se réconcilie pas que le président Gbagbo sort de la CPI comme Jean-Pierre Bemba est sorti, ce ne sera pas bon pour nous. Il faut le faire rapidement parce que c’est notre responsabilité de le dire en tant qu’homme politique et je l’assume ». Cet amour de Laurent Gbagbo ne date pourtant que du jour où monsieur Bendjo a été limogé de son piédestal de PCA de la SIR, c’est-à-dire en 2018 et probablement à l’approche des élections municipales. Avant cela, l’ancien président ivoirien méritait son sort de prisonnier de la cour pénale internationale sans que cela ne l’émeuve.

Ouattara a-t-il enfin homme à sa taille ?

Le plus étonnant dans les propos de monsieur Bendjo est qu’il s’est montré enclin à la confrontation avec le pouvoir. « Je voudrais vous rassurer. Comme le secrétaire général l’a dit, on peut s’amuser avec certains mais avec moi on ne s’amuse pas. Parce qu’ils vont trouver un garçon en face», s’est longuement vanté Bendjo, ovationné par une salle en communion. « Quand tu marches que tu as envie de marcher sur le pied de quelqu’un, tu vois d’abord sa taille. Ou alors si un aveugle veut lancer un caillou à quelqu’un c’est que son pied est déjà sur un caillou. Parce que ce n’est pas maintenant qu’il doit chercher. » Alassane Ouattara, si prompte à jeter les opposants en prison a désormais opposant à sa taille. Le spectacle promet donc.

Sévérine Blé

Share Button