Sélectionner une page

Dans un enregistrement sonore dont les voix sont présentées par le procureur burkinabé comme étant celles de Guillaume Soro et de Gilbert Diendéré, le premier assure au second qu’il sera président du Burkina Faso. Ce à quoi son interlocuteur ne croit pas vraiment.

C’est une pièce de plus dans l’affaire du coup d’Etat raté du 16 septembre 2015, entrée en phase de jugement depuis plusieurs semaines à Ouagadougou.

Cet enregistrement tend à démontrer que l’ancien président de l’Assemblée nationale a joué un rôle lors de la tentative avortée de prise de pouvoir par l’officier burkinabé Gilbert Diendéré qu’il aurait encouragé à ne pas déposer les armes.

Pour ce faire, l’ancien président de l’Assemblée aurait eu recours à des activités fétichistes en mettant en mission des marabouts. « « Ils sont en train de faire le point. Ceux à qui j’ai confié ton affaire-là. J’ai déjà acheté un cheval et un chameau en ton nom. Ils te disent que, toi, faut te tranquilliser (…). La transition va être faite, pas avec ceux qui sont là. Il y aura un nouveau type de transition et après ça, toi tu viendras au pouvoir. Toi Diendéré, tu seras président du Burkina Faso. Le jour où tu seras Président, si tu m’oublies, c’est là que palabre va commencer (Rires) », résume ce nouvel enregistrement.

D’ailleurs dans une autre écoute qui doit être antérieure à l’enregistrement sus-évoqué, l’ancien Président de l’Assemblée nationale, conseillait un sacrifice au général Diendéré :

Guillaume Soro : Allô mon général !
Général Diendéré : Oui allô
Guillaume Soro : Est-ce que tu peux demander à un de tes jeunes-là, de te trouver un œuf de poulet africain. Tu parles dessus, tu prends l’œuf, tu frottes le corps et tu jettes l’œuf à terre.
Général Diendéré : Et je dis quoi ? Je n’ai rien à dire ?
Guillaume Soro : Tu dis « moi Diendéré, je suis dans une cause qui est juste. Je défends mon peuple et les jeunes qui m’ont suivi. Qu’aucun de ces jeunes ne puisse me trahir et que la confrontation qui va venir là, que tu puisses me protéger et protéger mes enfants et mes jeunes combattants pour la victoire » et tu jettes l’œuf. C’est tout.
Général Diendéré : Ok
Guillaume Soro : Faut faire ça maintenant mon général.
Général Diendéré : Ok. Je vais envoyer quelqu’un.
Guillaume Soro : Ok. Merci.
Général Diendéré : Ok.

Le procès des écoutes téléphoniques se poursuit au Burkina Faso et après ces révélations du 29 mars, on peut dire que l’étau se resserre depuis de plus en plus autour de Guillaume Soro.

EDWIGE NANEGNON

Source Burkina 24