La guerre de chefs entre Hamed Bakayoko et Guillaume Soro a pris, ce vendredi, une nouvelle tournure avec les attaques du ministre de la défense contre l’ancien PAN  qui le juge  trop prétentieux avec des ambitions démesurées.

Le face-à-face Guillaume Soro-Hamed Bakayoko est monté d’un cran ce vendredi, puisque le second s’est livré à une attaque en règle de l’ancien président de l’Assemblée nationale aux prises avec le régime en place. «Tu es le plus petit dans la famille, tu n’es pas fort que le plus grand, tu n’as aucune légitimité et tu veux le dépasser. Tu veux désorganiser la famille. Tu as été ministre et président d’institution et tu dis que tu es frustré. Mais et ceux qui n’ont rien eu, ceux qui ont perdu leurs parents…Toi, tu ne peux pas dire que tu es frustré», a dit Hamed Bakayoko qui inaugurait l’hôpital général d’Abobo réhabilité des mois plus tôt. Avant d’ajouter : « mais et ceux qui n’ont jamais été ministre, ils vont dire quoi ? Ceux dont les parents sont morts ? Toi, tu ne peux pas dire que tu es frustré. C’est le défaut de l’homme. Au lieu d’apprécier ton état, comment tu es là, parce que tu aurais pu ne pas être là, tu veux te focaliser sur ce que tu veux être à tout prix et tu n’apprécies même pas le bonheur d’être quelque chose».

D’autant plus que pour Hamed Bakayoko, Soro perd son temps en voulant être président de la République. « On ne sait même pas si tu seras président. Tu seras président de l’Afrique. Il faut savoir garder nos ambitions personnelles pour réaliser nos vraies vies. Parce qu’avant  toi, il y a des personnes qui en rêvaient», a-t-il encore ironisé.

Franck Dimalty