Sélectionner une page

«Notre pays a régressé sur tous les plans : économique, social et politique, et les performances de bonne gouvernance qui sont déclamées tous les jours paraissent concerner un pays autre que celui dans lequel nous nous trouvons réduits». Le bilan dressé, le samedi 8 juin, lors d’une conférence de presse à Cocody,  par Innocent Anaky Kobenan, président du Mouvement des forces de l’avenir (Mfa) , est implacable. Pour l’ancien allié du chef de l’Etat, membre fondateur du RHDP, « la grande image projetée par Ouattara dans la toge de plus grand expert en économie du continent, s’est progressivement désintégrée », ironise-t-il dans sa déclaration liminaire.

Principal atout du chef de l’Etat dans l’opposition et en raison de son passage à la Bceao et au FMI, Alassane Ouattara aura déçu. Particulièrement le président du MFA qui estime que le banquier n’a pas su tenir sa promesse de faire « la grande orchestration de l’économie, qui touche et imbrique l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, le bâtiment et les travaux publics, les services tels que l’hôtellerie, les banques, les assurances, et les transports ainsi que  la santé et la culture (cinéma, musique, littérature», explique Anaky.

Le président du Mouvement des Forces d’Avenir s’en prend aussi à Ouattara pour n’avoir su réconcilier les Ivoiriens. « Briser et broyer tous ceux qui ont pu se dresser contre ses ambitions a été pour lui une obsession, et savoir ses adversaires politiques d’hier, soit en exil par milliers, soit emprisonnés dans des conditions inhumaines, est un filtre de jouissance maléfique dont il ne peut se rassasier. Le sort des militaires qui n’ont pas couru se mettre au service de sa cause ne lui semble même pas mériter d’être évoqué ! Il n’y aura pas de réconciliation, vraie et totale, sous Ouattara parce que son être entier s’y refuse obstinément», constate Anaky.

Bref, le président du MFA est persuadé que la Côte d’Ivoire paiera encore longtemps le passage du chef de l’Etat à la tête du pays. « La Côte d’Ivoire est passée d’un endettement global de 4680 milliards CFA en 2012 à un total de 11039 milliards en 2018, total qui pourrait culminer à 15781 milliards en début 2020», assure le conférencier.

Seule satisfaction, le retour de Laurent Gbagbo, acquitté par la CPI et dont l’alliance avec le président du PDCI fait déjà saliver monsieur Anaky. «Réjouissons-nous de Ia rupture historique opérée par Aimé Henri Konan Bédié, qui, avec le grand Pdci de référence d’Houphouët, a retrouvé son camp et pris la place qui lui revient dans la lutte pour sortir la Côte d’Ivoire et ses peuples de cette dure et infâmante épreuve ».

Charles Odilon