Sélectionner une page

Guillaume Soro est dans le fin fond de Ferké qu’il a rejoint après l’épisode des drones déployés au-dessus de son domicile de Marcory à Abidjan. Et comme à son habitude, il ne manque jamais de munition pour flinguer le régime.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas de ses amis qu’Alassane Ouattara a renvoyés sans ménagement mais de jeunes filles qui ne sont pas scolarisées, faute d’école à Kpapélé, dans un village de Ferké où Guillaume Soro s’est replié depuis quelques jours, après l’épisode des drones lancés au-dessus de son domicile abidjanais de Marcory. “Regardez bien ces deux jeunes filles qui m’encadrent. Elles ne sont pas scolarisées dans notre Côte d’Ivoire émergente aux taux de croissance exponentiels. Cause: pas d’école à Kapélé. Avec l’accord de leur père, elles iront suivre des cours d’alphabétisation et rattraper leur retard, ouf !”, écrit Soro sur son compte twiter, photos à l’appui, sans dire si c’est lui qui a obtenu ce raout pour les deux jeunes hôtesses d’un jour.

Les critiques de l’ancien président de l’Assemblée nationale contre ses ex n’est pas tout à fait nouvelle. C’est même devenu une habitude depuis que Guillaume Soro a quitté ses fonctions de président de l’Assemblée nationale “pour ne pas être à l’origine d’une crise institutionnelle”, avait-il justifié.

Mais là, la critique sur les deux jeunes filles déscolarisées vise à montrer l’entourloupe qui sert de base à la communication du gouvernement. Et au cœur de cette communication figure l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020 prôné invariablement par le chef de l’Etat. Guillaume Soro s’attaque à ce discours en répondant par les mêmes images.

Il ruine également l’impact des différents taux de croissance du pays devant lesquels le régime s’extasie. Quand on y ajoute l’ironie choisie par Guillaume Soro pour dépeindre cette situation, on a là le prototype des critiques qui ne plaisent guère aux élites  du rassemblement des houphouëtistes pour la paix.

D’autant plus qu’un meeting de soutien à Alassane Ouattara est prévu, samedi 30 mars, à Ferké pour répondre à l’accueil accueil populaire fait à l’ancien président de l’Assemblée nationale par les populations de Ferkéssédougou.

Et puisque les partisans du chef de l’Etat auront à cœur de relever ce défi imposé par Guillaume Soro, on imagine dès lors mal que la critique sur la gratuité de de l’école et des différents reste “impunie”

DANIEL OGOU