Sélectionner une page

Le chanteur ivoirien de reggae, Tiken Jah, qui avait soutenu les forces opposées à Laurent Gbagbo durant sa présidence, ne veut toujours pas le revoir en politique. Car s’il plaide pour son retour en Côte d’Ivoire, pour le chanteur,  Gbagbo doit se contenter d’être un diplomate de la paix pour son pays.

Tiken Jah a de la suite dans les idées, surtout lorsqu’il s’agit de parler de Laurent Gbagbo et des perspectives qu’il revienne faire de la politique dans son pays après son acquittement à la CPI. Car pour lui, l’ancien « président ivoirien Laurent Gbagbo doit se retirer de la politique. Nous avons tous salué son acquittement, lui et Charles Blé Goudé, par la cour pénale internationale. Je souhaite qu’il rentre en Côte d’Ivoire et qu’il contribue à la paix et à la réconciliation entre les Ivoiriens », assure-t-il dans des propos relayés par les médias sociaux.

C’est le contraire qui aurait surpris puisque le chanteur n’a jamais porté l’ex-homme fort de la Côte d’Ivoire dans son coeur. A l’époque, il avait expliqué que seul un coup de force pouvait faire partir Laurent Gbagbo qu’il accusait alors de s’accrocher au pouvoir dans le contexte d’une crise postélectorale mouvementée.

Mais bien avant cela, Tiken Jah avait juré de ne pas mettre le pays en Côte d’Ivoire tant que Laurent Gbagbo serait au pouvoir, lui reprochant de supposées politiques anti-djoula ou anti-nord.

Durant le jugement de l’ancien président à la CPI, Tiken Jah ne s’était pas non plus montré avare en phrases choc comme celle au détour de laquelle il se disait disposé à soutenir une amnistie des pro-Gbagbo sauf celle de leur chef.

Cette fois-ci, le discours du chanteur est volontairement madré mais le fond reste le même puisqu’il maintient la ligne du tout sauf Gbagbo qui date de plusieurs années déjà. « Laurent Gbagbo est une personne importante dans le processus de réconciliation nationale. Mais je souhaite qu’il se retire de la vie politique ivoirienne. Je le vois plus comme un diplomate parlant de paix et de réconciliation dans son pays et à travers le monde », se défend-il.

Pour celui qui a combattu l’exclusion et soutenu la réforme institutionnelle qui a fait sauter la limitation de l’âge des candidats à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, les arguments de Tiken Jah sur la retraite politique de Laurent Gbagbo sont tout, de ce point de vue, sauf objectifs.

GBISSIGNINI GOBE