Sélectionner une page

Il s’appelle Mamadou Traoré et on le dit très proche de Guillaume Soro.  Il affirme dans une déclaration dont des extraits sont publiés, vendredi,  sur des médias sociaux  qu’il n’aurait jamais dû contribuer à l’avènement d’Alassane Ouattara au pouvoir.

« Ah ! que je regrette amèrement ce combat que j’ai mené pour les faire venir au pouvoir ! » Mamadou Traoré ne cache pas plus ses remords face à la réalité de l’exercice du pouvoir par Alassane Ouattara. Alors pour lui, « toutes ces années de sacrifices que j’ai endurés afin qu’ils parviennent au pouvoir » n’ont servi à rien, assure-t-il dans une déclaration dont des extraits sont publiés, ce vendredi, sur des médias sociaux.

La presse ivoirienne présente Mamadou Traoré comme un proche de Guillaume Soro qui semble visiblement vivre la disgrâce de celui-ci comme une grave injustice. D’ailleurs, c’est à la faveur de ses commentaires postés sur des réseaux sociaux sur les limogeages des pro-Soro dans l’administration que Mamadou Traoré a été convoqué par la gendarmerie.

Il  parle d’ailleurs de cet épisode avec beaucoup de fatalité. « On peut me kidnapper, peut-être, pour une destination inconnue. Dans le meilleur des cas, ce sera à la DST où on va me torturer afin de me faire avouer des choses ; ou à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Je confie donc mon destin à Dieu, car n’arrive à l’homme que ce que Dieu permet », se console-t-il.

Avant de poursuivre : « à partir de cet instant, à tout moment, on peut m’arrêter et me faire ce qu’ils veulent. Tout simplement parce que je ne vois pas les choses de la même façon qu’eux », précise Mamadou Traoré qui dit demander « pardon à Dieu et aux Ivoiriens pour ce combat que j’ai mené et qui a endeuillé beaucoup de familles. En ce vendredi saint de la Pâques qui correspond à la Djouma des musulmans, je décide de porter ma croix pour aller à Golgotha », a longuement expliqué monsieur Traoré qui n’a cependant  pas révélé la nature des actes qu’il a posés durant ce combat pour qu’Alassane Ouattara arrive au pouvoir.

GBISSIGNINI GOBE