Sélectionner une page

La Cour pénale internationale est en très mauvaise posture. Et c’est peu de le dire quand on écoute les charges  du vice-ambassadeur russe à l’ONU Gennady Kuzmin qui a publiquement mis en doute, ce vendredi 10 mai, la capacité de cette cour  à restaurer sa réputation après avoir renoncé de poursuivre les soldats américains soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis pendant la longue guerre d’Afghanistan.

« A ceux qui croient encore naïvement à l’image brillante de la Cpi en tant que championne de la justice, je vous recommande de regarder la décision des juges du 12 avril de cette année. Ma crainte est qu’après un verdict aussi élégant décrivant les « intérêts de la justice » au sens où l’entend la CPI, elle ne pourra jamais restaurer sa réputation. Avec ce type de décision, l’enquête sur la Libye ne pourra guère donner de résultats crédibles », a indiqué le le vice-ambassadeur russe à l’ONU, ajoutant que  « chaque année, la Cpi devient un acteur de moins en moins important sur la scène internationale. Il n’y a pas d’élan dans ses enquêtes, ni de résultats », a-t-il encore sévèrement critiqué.

Le Secrétaire d’État Mike Pompeo avait en effet ouvertement menacé la Cpi de graves représailles financières, judiciaires et diplomatiques si un seul soldat américain était viosé par une enquête de la CPI. Suite à ces menaces, le président de la cour avait, le 12 avril, Cpi renoncé officiellement  à toutes poursuites contre des soldats américains, estimant qu’une telle enquête ne sert pas les intérêts de la justice.

Cette reculade a sans doute permis à Fatou Bensouda de rallier les Etats-Unis malgré la mesure de révocation de son visa.

Charles Odilon