Sélectionner une page

Le secrétaire d’état chargé du service civique, Issiaka Ouattara n’est plus considéré comme le président du Mouvement des forces d’avenir (Mfa) pas seulement pour son passage désastreux à la télévision nationale, lors de la présentation d’un plan d’action visant à promouvoir  le  service civique en Côte d’Ivoire, mais aussi en raison des nombreuses plaintes pour faux et usage de faux en écriture privé et autres détournements  de fonds dont il est accusé par ses militants.
C’est ce qu’a dit Rémi  Ebrin Yao, le vice-président du Mfa et président du Haut conseil du parti, lors d’un point de presse tenu ce dimanche 26 mai à Adjamé.

Ebrin Yao dit avoir saisi le chef de l’État, à l’effet de décharger Issiaka Ouattara de son poste de secrétaire d’État, pour qu’il  puisse répondre de ses actes devant les tribunaux. «Le camarade Ouattara Siaka par ses actes, a plusieurs fois écorné l’image du parti dans les médias. L’assemblée a relevé que les instances et les bases du parti ont été contraintes à l’immobilisme du fait du manque de moyens financiers alors que le camarade Ouattara Siaka reçoit chaque mois une subvention de quinze millions de francs Cfa depuis plus de dix mois et a gardé par devers lui toutes les aides mensuelles de quinze millions de francs accordés au Mfa, y compris la subvention exceptionnelle de dix millions de francs obtenue lors du congrès du Rhdp le 26 janvier 2019», a accusé monsieur Yao.

Or, selon lui, ces faits-là constituent une haute trahison et sont sévèrement punis par les textes du Mfa. «Vu les faits très graves qui ternissent les idéaux du parti (tripatouillage des textes, banditisme financier, abus de confiance, publicité de nuisance à l’image du Parti), à compter du 30 avril 2019, le camarde Ouattara Issiaka est suspendu de ses fonctions de président du Mouvement des forces d’avenir, et la gestion du parti est désormais confiée au Haut conseil du parti dont la présidence est tournante jusqu’à nouvel ordre», a insisté Ebrin Yao. Selon lequel le mis en cause, Siaka Ouattara, a reconnu les faits de malversations administratives et financières, par une décharge d’engagement signée le 23 avril 2019.

Enfin, sur la question relative à l’intervention du secrétaire d’Etat à la télévision publique, Ébrin Yao dit avoir attiré, par écrit, l’attention du pouvoir sur le fait que Siaka Ouattara n’aurait ni niveau ni les compétences requis pour être nommé à un tel poste.

Toutes nos tentatives pour recueillir les commentaires du secrétaire d’Etat se sont révélées vaines, monsieur Siaka Ouattara n’ayant pas jugé opportun de répondre à nos coups de fil ou nos à messages.

Franck Dimalty